Blog navigation

Derniers articles

Derniers commentaires

  • Merci pour le partage d'informations sur ce sujet....

Quelle est l’histoire du chocolat ?

3360 Vues

Personne ne peut résister à manger un peu de chocolat de temps en temps. Il est aujourd’hui décliné dans de multiples formes, que cela soit par les chocolats artisanaux ou industriels. Mais quelle est l’histoire du merveilleux plaisir chocolaté d’aujourd’hui ?

Une utilisation ancienne des fèves de cacao

A l’origine, le chocolat aurait été découvert par les dieux. La légende, du livre maya Popol Vuh, indique que la tête d’Hun Hunaphu a été décapitée par les seigneurs de Xibalba. Celle-ci fut pendue à un arbre mort, donnant lieu à des fruits appelés cabosses de cacao. D’ailleurs cette même tête pendue crache dans la main d’une jeune fille de Xibalba, lui assurant une fécondation magique.

En termes d’histoire, les fèves de cacao, fruits du cacaoyer, sont cultivées depuis au moins 3 millénaires dans les plaines tropicales d’Amérique du Sud et centrale. La plus ancienne trace d’utilisation des fèves de cacao a été découverte en novembre 2007, sur le site de fouilles de Puerto Escondido, au Honduras. Les archéologues la situent entre 1400 et 1100 avant J.-C grâce à une analyse chimique des résidus de récipients. A cette époque, le mucilage qui entourait les fèves permettait de fabriquer une boisson fermentée.

Durant la civilisation précolombienne les fèves de cacao avaient une grande valeur monétaire. Elles sont utilisées en tant que monnaie d’échange dans le cadre de trocs. Ce moyen de paiement permettait aussi de s’acheter des esclaves ou de payer des impôts. Un Zontli était par exemple équivalent à 400 fèves alors qu’un Xiquipilli était égal à 8 000 fèves. 

Les époques mayas et aztèque

Le chocolat est donc originaire de l’Amérique centrale. Forcément, les mayas et les aztèques ont été les premiers à cultiver ce produit.

Tout d’abord, les mayas utilisaient les fèves de cacao des cacaoyers pour fabriquer une boisson chaude. Ce mélange était considéré comme mousseux et amer, aromatisé avec de la vanille, du roucou et du piment. Une tombe maya datant de 480-460 avant J.-C., du site Rio Azul au Guatemala, contient des récipients mettant en évidence le symbole du cacao ainsi que des restes de boisson chocolatée. Cette boisson était nommée Xocoatl et a été inventée par les aztèques.

Ces derniers associent le chocolat avec Xochiquetzal, la déesse de la fertilité. La teneur en théobromine leur faisait penser que le chocolat permettait de lutter contre la fatigue. Les rois et notables aztèques accompagnent leur viande de mole poblano, le cacao jouant le rôle d’épice. Ils consommaient aussi le champurrado, une sorte de purée au chocolat.

Revenons aux mayas. En plus des récipients archéologiques découverts, une poterie contenant des traces de cacao a été découverte au Bélize. Des documents mayas montrent que le chocolat était utilisé dans le cadre de la vie quotidienne ainsi que pour des cérémonies. Comme les mayas n’utilisent pas de monnaie métallique, c’est le système de troc, avec des fèves de cacao, qui est en place.

A cette époque, une période de grande sécheresse a entrainé la perte de la ressource de cacao. Certaines personnes se demandent si cette perte n’a pas joué un rôle dans la disparition de la civilisation maya.

Purée de Chocolat

La traversée de l’océan

Le cacao est alors inconnu des mondes européens puisque son origine est américaine. Une histoire raconte que Christophe Colomb, le célèbre navigateur, avait jeté les fèves de cacao offertes par les Amérindiens par-dessus bord en 1494. Il les aurait prises pour des crottes de chèvre.

C’est le conquistador espagnol Hernan Cortés qui joue un rôle décisif dans la venue du cacao en terre européenne. En 1528 il ramène tout un tas de produits en Espagne : pomme de terre, haricot blanc, mais, piment, tabac ou encore… chocolat. Il aurait alors dit à Charles V qu’une « tasse de cette précieuse boisson permet à un homme de marcher un jour entier sans manger ».

Ce n’est qu’en 1585 que les premières cargaisons de cacao arrivent en Espagne. C’est alors un produit de luxe, très cher et très taxé donc hors de prix pour le peuple. Des chocolats artisanaux sont alors préparés dans des monastères. Les espagnols vont alors créer le chocolat chaud, que les aztèques et mayas ne préparaient pas.

Le chocolat s’étend et arrive d’abord aux Pays-Bas. Il commence alors à pénétrer dans toute l’Europe. Le duc Emmanuel-Philibert de Savoie introduit lui les fèves de cacao en Italie en 1559. Les chocolatiers italiens les travaillent jusqu’à devenir de véritables experts dans le maniement du produit. Il est alors exporté en Suisse, Autriche, Allemagne et en France.

En parallèle, en 1609, les juifs chassés d’Espagne posent leurs valises à Bayonne. Leur connaissance du chocolat fera de la ville un centre de production important en France.

La démocratisation dans les années 1820

Ce n’est que dans les années 1820 que le chocolat va se démocratiser à toutes les populations.

En 1819 est créée Cailler, la plus ancienne marque de chocolat suisse, par François-Louis Cailler. Des manufactures de chocolat apparaissent un peu partout en Europe, comme Cadbury en Angleterre en 1824. Trois ans plus tôt, cette même société est la première à produire du chocolat noir à croquer.

Le hollandais Coenraad Johannes van Houten réalise la première poudre de cacao en 1828. Un procédé permettant de doser les quantités de cacao maigre et le beurre de cacao dans la pâte de cacao est alors inventé. Le chocolat arrive dans son âge industriel. La mécanisation des procédés permet de baisser les coûts de production et donc les prix. Le chocolat se diffuse alors aux populations d’Europe.

En 1836, le français Antoine Brutus Menier crée la première tablette de chocolat, qui est aujourd’hui largement connue. De nombreuses techniques d’amélioration des procédés naissent, notamment par les maîtres chocolatiers suisses. Le chocolat continue son ascension et est apprécié par les populations. Cette mécanisation entraine une augmentation de la production. Tout le monde peut ainsi acheter des chocolats !

Les barres chocolatées apparaissent au début du 20ème siècle. Quant au chocolat blanc, c’est Nestlé qui l’introduit pour la première fois en Suisse en 1930. Les surplus de beurre de cacao sont alors utilisés.

Depuis, la consommation ne s’est pas arrêtée. L’industrie chocolatière suisse domine toujours et est notamment à la pointe de la technologie.

Publié dans: Informations et conseils

Laurent Diot, votre maître chocolatier, met à disposition ses connaissances ou son savoir-faire pour vous faire découvrir l'univers unique des chocolats Diot

Laissez un commentaire

Commentaires

    Les Chocolats Diots
    189 Avenue Georges Nuttin 59400 Cambrai, France
    03 27 707 500
  • Très complet!

    Par :Marc Olivier Caron

    Merci pour le partage d'informations sur ce sujet. L'article est complet et très utile, on en profite d'ailleurs pour visiter et découvrir vos produits!